John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Réactivations virales en réanimation : biomarqueurs de dysfonctionnement immunitaire ou véritables pathogènes ? Volume 25, numéro 3, Mai-Juin 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Service de Virologie, CHU Nantes, France
2 Centre de Recherche en transplantation et immunologie (CRTI UMR1064), ITUN, Inserm, Université de Nantes, France
* Correspondance

De nombreuses études réalisées chez des patients hospitalisés en réanimation et considérés comme immunocompétents ont révélé de profondes altérations immunitaires favorisant les réactivations virales. Les réactivations de certains Herpesviridae (HSV et CMV) ont notamment été associées à une augmentation de la morbi-mortalité des patients de réanimation. Le diagnostic précoce de ces réactivations est donc de plus en plus recommandé dans la prise en charge du patient hospitalisé en réanimation, même si les indications de mise en route d’un traitement antiviral sont encore en évaluation. Plus récemment, l’exploration du virome humain, et notamment la part des Torque teno virus (TTV), a été proposée pour estimer le niveau d’immunocompétence dans des populations de patients immunodéprimés à risque d’infections virales opportunistes. Chez les patients transplantés d’organe, la proportion représentée par les TTV augmente avec le degré d’immunodépression et est associée à un risque augmenté d’infections secondaires. Ce marqueur reste à évaluer dans d’autres contextes de dysfonction immunitaire, notamment chez les patients intubés ventilés de réanimation. Plus largement, le développement des approches de métagénomique permettra d’étudier les modifications du virome humain en lien avec le contexte immunitaire, et pourrait être un outil innovant, surtout dans le contexte de l’introduction de molécules immunorégulatrices pour la prise en charge des complications de réanimation.