John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Encéphalite rubéolique : détection de l’ARN du virus par RT-PCR nichée dans le liquide céphalorachidien Volume 4, numéro 5, Septembre - Octobre 2000

Auteurs
  • Page(s) : 412-4
  • Année de parution : 2000

L'encéphalite aiguë est une complication exceptionnelle (1/5 000 cas) [1] de la rubéole dont nous rapportons un nouveau cas. Cette observation se singularise par la détection du génome viral par RT-PCR dans le liquide céphalorachidien (LCR). Un jeune homme de 18 ans, non vacciné contre la rubéole, présente brutalement, au troisième jour d'une éruption maculaire généralisée, un coma vigile avec crise brachiocéphalique gauche nécessitant son admission en service de réanimation le 20 avril où il est intubé et ventilé. L'exanthème a disparu, le patient est apyrétique, l'examen neurologique trouve une mydriase bilatérale, une ophtalmoplégie, un nystagmus horizontal et un signe de Babinski gauche. Le scanner cérébral et l'IRM sont normaux. L'étude du LCR prélevé le 22 avril révèle un liquide d'aspect clair avec 27 éléments (100 % de lymphocytes), une protéinorachie à 0,93 g/l et une glycorachie normale. L'examen bactériologique du LCR est négatif. L'électroencéphalogramme (EEG) montre une souffrance cérébrale importante avec des ondes lentes, monomorphes, synchrones dans les régions bifronto-temporales. Un traitement par Zovirax® et Clamoxyl® est commencé. Le patient est extubé au troisième jour. Il reste obnubilé mais son examen neurologique est normal. Les recherches dans le LCR d'herpès simplex virus par PCR et d'entérovirus par RT-PCR sont négatives. Le traitement antiviral est arrêté. La sérologie de la rubéole dans le sang prélevé le 22 avril est positive avec présence d'IgM spécifiques (tableau 1). Une deuxième recherche des anticorps antirubéoliques effectuée sur les prélèvements de LCR et de sérum du 30 avril confirme l'existence d'une primo-infection récente par la mise en évidence d'un faible indice d'avidité des IgG dans le sérum et par la présence d'IgM spécifiques dans le sérum et le LCR (tableau 1). Par ailleurs, la recherche du virus de la rubéole par RT-PCR (amplification d'une séquence du gène El du génome rubéolique) dans le LCR prélevé le 30 avril est positive (figure 1). La protéinorachie est de 0,48 g/l. Les autres sérologies virales ou bactériennes (CMV, EBV, HSV, HHV6, HTLV, borréliose, parvovirus B19, rougeole, toxoplasmose, rickettsioses, Bartonella henselae, Mycoplasma pneumoniae, Chlamydia pneumoniae), effectuées à l'entrée et au quinzième jour, sont négatives ou en faveur d'une infection ancienne. L'examen clinique et le LCR sont normaux en quelques jours. Les contrôles d'EEG montrent au quinzième jour des bouffées pseudo-périodiques à caractère irritatif, sans traduction clinique. L'évolution est lentement favorable, et les tracés se normalisent au quatrième mois. Après un an d'évolution, ce jeune homme va parfaitement bien.