John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Contribution of Natural Killer cells to HIV control in Elite Controllers Volume 26, numéro 1, Janvier-Février 2022

Illustrations

  • Figure 1.
  • Figure 2.
  • Figure 3.
  • Figure 4.

Tableaux

Auteurs
1 Research Institute of the McGill University Health Centre (RI-MUHC), Montreal, QC, Canada
2 Division of Experimental Medicine, McGill University, Montreal, QC, Canada
3 Infectious Diseases, Immunology and Global Health Program, Research Institute of the McGill University Health Centre, Montreal, QC, Canada
4 Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM), Montreal, QC, Canada
5 Department of Microbiology Infectiology and Immunology, University of Montreal, Montreal, QC, Canada
6 Ph.D., Division of Clinical Immunology, McGill University Health Centre, Montreal, QC, Canada
* Correspondance

Contribution des cellules tueuses naturelles chez les sujets contrôleurs d’élite du VIH. En l’absence de traitement antirétroviral, l’infection par le VIH progresse normalement vers le syndrome d’immunodéficience acquise. Une minorité de sujets infectés par le VIH sont toutefois capables de contrôler la réplication virale en l’absence de traitement. Ces patients appelés sujets contrôleurs d’élite (EC pour elite controllers) représentent un exemple de guérison fonctionnelle de l’infection par le VIH. Certains EC sont infectés par des virus défectifs, alors que d’autres ont des provirus intégrés dans des zones non transcrites de la chromatine. Cependant, la plupart des EC se distinguent des sujets non-contrôleurs parce qu’ils développent de fortes réponses T CD4 et CD8 spécifiques au VIH. Les cellules tueuses naturelles (NK pour Natural Killer) sont des cellules du système immunitaire inné qui fonctionnent à l’interface entre l’immunité innée et l’immunité acquise. Les cellules NK sont capables de reconnaître et de répondre à des cellules infectées dès les stades précoces de l’infection. Les cellules NK peuvent être activées de fac¸on indépendante et dépendante des anticorps afin d’exercer des fonctions antivirales et éliminer les cellules infectées. Ce manuscrit discutera du rôle des cellules NK dans le contrôle de l’infection par le VIH.