John Libbey Eurotext

Sciences sociales et santé

MENU

La qualité soignante de l’alcool. Ethnographie d’une relation de soin dans un centre d’hébergement médicalisé pour sans-abri Volume 41, numéro 2, Juin 2023

Auteur
* Sociologue, Chaire PUBLICS des politiques sociales, laboratoire de sciences sociales Pacte (UMR 5194), Université Grenoble Alpes, France

À partir d’une enquête ethnographique, cet article analyse comment les consommations d’alcool d’une personne sans-abri, accueillie dans un centre d’hébergement médicalisé, sont qualifiées et prises en charge par les professionnels de l’établissement à l’aune de leur qualité soignante. Cela signifie que les consommations sont jugées au regard de leurs conséquences, anticipées et observées, sur l’état de santé du buveur et sur les soins dans lesquels il est engagé. Si les professionnels considèrent la consommation d’alcool comme une prise favorisant l’accès aux soins du patient, ils peuvent lui aménager une place dans l’institution ; s’ils la définissent comme une emprise, au regard de ses effets néfastes sur la santé et l’accès aux soins du patient, ils maintiennent un interdit règlementaire et sont susceptibles de chercher à couper le buveur de cette dépendance nocive. Le patient peut souscrire aux qualifications des professionnels ou les contester. Dans tous les cas, les jugements et les pratiques vis-à-vis de l’alcool n’ont rien d’arbitraire ou de naturel. Ils sont continuellement réévalués, confirmés ou révisés au cours des épreuves qui jalonnent la relation de soin. Cet article met en lumière les tensions morales qui traversent les pratiques soignantes et réinterroge la place du patient en situation de précarité dans la relation de soin.