JLE

Cahiers Santé Médecine Thérapeutique

MENU

Cholangite biliaire primitive : état des lieux et perspectives Volume 32, numéro 6, Novembre-Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

Tableaux

Auteurs
Service d’hépato-gastro-entérologie du CHU Hassan II, Fès, MarocUniversité Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès, Maroc
* Tirés à part : A. Mernissi

La cholangite biliaire primitive (CBP) est une hépatopathie chronique auto-immune qui représente la première cause de cholestase intrahépatique. Le but de notre travail est d’étudier le profil clinique, évolutif et pronostique de la CBP. Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive colligeant tous les cas de CBP suivie dans notre formation du janvier 2010 jusqu’au janvier 2020. Nous avons recensé tous les aspects cliniques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs de 58 cas de CBP. Il s’agissait de femmes dans 92 % de cas. L’âge moyen était de 57,8 ans. Le délai diagnostique moyen était de sept mois. Une cirrhose a été notée dans 48 % des cas. Les circonstances de découverte étaient dominées par le prurit. Une cholestase était identifiée chez tous nos patients. Les anticorps antimitochondriaux de type M2 étaient positifs dans 91 % des cas ; 34 % de nos patients avaient des maladies auto-immunes associées. La ponction biopsie hépatique a été réalisée dans 15 % des cas devant une CBP séronégative ou une suspicion de syndrome de chevauchement. Elle a mis en évidence différentes lésions, principalement une hépatite d’interface, des lésions des canaux biliaires, une ductopénie et des granulomes. Le traitement était basé sur la prescription de l’acide ursodésoxycholique (AUDC), en association avec la corticothérapie pour les cas de syndrome de chevauchement. Le taux de réponse à l’AUDC était de 62 %. Sept patients sont décédés à la suite d’une cirrhose décompensée. Notre étude montre la fréquence de la cirrhose au moment du diagnostic de la CBP, pouvant expliquer le taux de réponse bas à l’AUDC qui reste un médicament difficile à avoir dans notre contexte.