John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Traitement n’est pas diagnostic. Le bon sens thérapeutique face à la dysmorphie de classe III Volume 91, numéro 1-2, Juin 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12
  • Figure 13
  • Figure 14
  • Figure 15
  • Figure 16
  • Figure 17
  • Figure 18
  • Figure 19
  • Figure 20
  • Figure 21
  • Figure 22
  • Figure 23
  • Figure 24
  • Figure 25
  • Figure 26
  • Figure 27
  • Figure 28
  • Figure 29
  • Figure 30
  • Figure 31
  • Figure 32
  • Figure 33
  • Figure 35
  • Figure 36
  • Figure 37
  • Figure 34
Auteurs
1 Hôpital de la Timone, Service d’Odontologie, Unité fonctionnelle d’Orthopédie dento-faciale, 264 rue Saint-Pierre, 13385 Marseille cedex 05, France
2 Route de Lausanne 33, 1040 Echallens, Suisse
3 28 rue Montgrand, 13006 Marseille, France
4 33 rue de la Foussotte, 71640 Dracy-le-Fort, France
5 65 chemin de la Madonette Terron, 06200 Nice, France
* Correspondance

Introduction : Les dysmorphies de classe III, classiquement réparties selon leur étiologie héréditaire ou fonctionnelle, sont souvent un subtil mélange aux causes multifactorielles. Rompre la cascade dysmorpho-dysfonctionnelle par un traitement précoce peut paraître comme une alternative essentielle afin de donner une nouvelle orientation à la croissance. Que les traitements soient préventifs, interceptifs avec ou sans appareil, orthodontiques ou chirurgicaux (précoce, de première intention ou tardif), la décision thérapeutique tient davantage compte de la forme clinique que de l’âge. Matériels et méthodes : Les auteurs, au travers de cas cliniques, vont développer leur approche thérapeutique, basée sur le bon sens clinique. Conclusion : Savoir attendre pour agir au bon moment est une chose essentielle pour mettre en place des traitements basés sur des thérapeutiques avérées.