John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

L’imagerie 3D en orthopédie dento-faciale : l’outil multifonction incontournable Volume 94, numéro 1, Mars 2023 - 94e réunion scientifique Avignon 2023 (1) - Les clés de la décision thérapeutique

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

  • Figure 6

  • Figure 7

  • Figure 8

  • Figure 9

  • Figure 10

  • Figure 11

  • Figure 12

  • Figure 13

  • Figure 14

  • Figure 15

  • Figure 16

  • Figure 17

  • Figure 18

  • Figure 19

  • Figure 20

  • Figure 21

  • Figure 22

  • Figure 23

  • Figure 24

  • Figure 25

  • Figure 26

  • Figure 27

  • Figure 28

  • Figure 29

  • Figure 30

  • Figure 31

  • Figure 32

  • Figure 33

  • Figure 34

  • Figure 35

  • Figure 36

  • Figure 37

  • Figure 38

  • Figure 39

  • Figure 40
Auteur
35 C impasse des Brasseries, 54700 Pont-à-Mousson, France
Correspondance : ortho@petitpas.eu

Introduction

Le numérique a envahi tous les domaines d’activité de notre société moderne, notre pratique y compris, avec la possibilité de réaliser de l’imagerie 3D, principalement par la caméra scan 3D intraorale qui permet de numériser les arcades dentaires, mais aussi par le cone beam qui permet de virtualiser le crâne du patient, en totalité ou en partie.

Matériel et méthode

Dans cet article, nous allons présenter le dossier complet d’une patiente soufrant d’une dysfonction temporo-mandibulaire, pour laquelle une technique de reconstruction 3D facilement utilisable actuellement a été employée.

Discussion

Les images 3D reconstruites sont de haute importance pour le diagnostic, mais également pour le prévisionnel thérapeutique et son suivi. Le temps d’examen est court et la dose de rayons X infligée au patient est plus faible qu’avec la tomodensitométrie conventionnelle et s’approche de la dose émise pour un examen céphalométrique téléradiographique avec l’utilisation de la technologie Ultra Low Dose.

Conclusion

Cette technique 3D peut donc être considérée comme la technique d’imagerie de choix lorsque l’investigation des modifications osseuses de l’articulation temporo-mandibulaire est à enregistrer, même si cet examen n’est pour le moment pas un examen de première intention. Elle ne constituera cependant qu’un des outils d’aide à la décision et ne pourra pas se substituer à la prescription du traitement par un praticien.