John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Corrélation des hauteurs dento-alvéolaires verticales avec l’inclinaison du plan palatin chez les adultes présentant différentes typologies faciales verticales Volume 93, numéro 4, Décembre 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Département des Sciences du Développement, Division d’orthodontie, Faculté de médecine dentaire, Université Arabe de Beyrouth, Tareek El Jadida P.O. Box 11-5020 Riad El Solh 11072809, Beyrouth, Liban
2 Département des Sciences de la Réhabilitation Orale, Division des Biomatériaux Dentaires, Faculté de médecine dentaire, Université Arabe de Beyrouth, Tareek El Jadida P.O. Box 11-5020 Riad El Solh 11072809, Beyrouth, Liban
3 Département d’orthodontie, Faculté de médecine dentaire, Université d’Alexandrie, Taghour, Al Mesallah Sharq, Bab Sharqi, Alexandria Governorate 5372066, Alexandrie, Égypte
4 Département d’orthodontie, Laboratoire de recherche cranio-faciale, Faculté de médecine dentaire, Université Saint Joseph de Beyrouth, rue de Damas, B.P. 11-5076 Riad El Solh, Beyrouth, Liban
5 Département d’Orthodontie et d’Orthopédie Dento-faciale, Faculté de médecine dentaire Henry M. Goldman, Université de Boston, 635 Albany St, Boston, MA 02118, États-Unis
* Correspondance : zaynab_f@hotmail.com
** Auteurs ayant participé à contribution égale.

Introduction

Diverses études ont montré des résultats incohérents et différents concernant la corrélation entre les béances et les plans du palais, qu’ils soient normaux ou anormaux. Cette étude avait pour objectif d’analyser la corrélation entre les hauteurs dento-alvéolaires et l’inclinaison du plan palatin dans différentes typologies faciales verticales.

Matériels et méthodes

Au total, 120 radiographies céphalométriques latérales (60 femmes et 60 hommes) ont été sélectionnées dans les archives de la Faculté de médecine dentaire de l’Université Arabe de Beyrouth. L’échantillon était composé de trois groupes égaux : hypodivergent (SN/PM < 27°), normodivergent (SN/PM = 27° - 37°) et hyperdivergent (SN/PM > 37°). Les radiographies ont été tracées numériquement et les variables squelettiques et dento-alvéolaires céphalométriques ont été mesurées. L’analyse statistique a été réalisée avec un seuil de signification à p < 0,05.

Résultats

L’inclinaison du plan palatin a montré une différence statistiquement significative entre les sujets hyperdivergents et les sujets hypodivergents et normodivergents, sans différence statistiquement significative entre les sujets hypodivergents et normodivergents. Une différence statistiquement significative dans la hauteur dento-alvéolaire antérieure supérieure (HDAAS) a été trouvée entre les sujets hypodivergents et les sujets hyperdivergents et normodivergents. Aucune différence statistiquement significative n’a été trouvée dans les autres hauteurs dento-alvéolaires entre les différents modèles verticaux. Une corrélation négative modérée n’a été observée qu’entre l’angle du plan palatin et la HDAAS dans le groupe hyperdivergent. L’analyse multirégression a montré que la plus grande contribution à la supraclusion regroupée dans tous les groupes autres que le schéma squelettique était attribuée à la HDAAS.

Conclusion

La HDAAS semble influencer la profondeur de supraclusion par rapport aux autres hauteurs dento-alvéolaires. Il est possible que celle-ci agisse comme un facteur compensateur de l’inclinaison du plan palatin chez les sujets hyperdivergents.