JLE

L'Orthodontie Française

MENU

Comment optimiser les procédures de collage sur l’émail sain et hypominéralisé en orthodontie ? Volume 94, numéro 3-4, Septembre-Décembre 2023

Auteurs
UFR Odontologie, 1 rue Maurice Arnoux, 92120 Montrouge, France
Correspondance : elisabeth.dursun@parisdescartes.fr

Introduction

L’adhésion à l’émail est une problématique quotidienne de l’orthodontiste. Si le collage à l’émail sain est aujourd’hui maîtrisé, celui sur l’émail hypominéralisé l’est beaucoup moins. L’objectif de cet article était d’aider l’orthodontiste à optimiser son collage, quelle que soit la situation clinique.

Matériel et méthode

À partir des données issues de la littérature, les caractéristiques clinique et microscopique de l’émail sain et de l’émail hypominéralisé en cas d’amélogenèse imparfaite (AI), d’hypominéralisation de molaire incisive (MIH), de fluorose ou d’érosion seront décrites. Puis, les propositions d’optimisation du collage seront recensées et synthétisées.

Résultats

Le collage à l’émail est fiable, mais l’utilisation d’un mode mordançage-rinçage (même avec un adhésif universel) est conseillée. Pour l’AI, la MIH et la fluorose, l’utilisation d’hypochlorite de sodium après mordançage semble significativement augmenter l’adhérence. Aucun traitement n’est nécessaire pour l’émail érodé. Cela dit, une infiltration de résine en profondeur pour les MIH sévères ou superficielles pour la fluorose permettrait de réduire le risque de fracture d’émail à la dépose de l’attache.

Conclusion

Il convient de connaître les caractéristiques du substrat sur lequel on colle et celles des matériaux utilisés pour optimiser ses procédures.