JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Médicaments potentiellement inappropriés et charge anticholinergique et sédative chez les patients âgés ambulatoires atteints de maladie rénale chronique avancée Volume 19, numéro 2, Avril 2023

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Charpennes Hospital, Pharmaceutical Unit, University Hospital of Lyon, 69100 Villeurbanne, France
2 Day-care unit, Charpennes Hospital, University Hospital of Lyon, 69100 Villeurbanne, France
3 University Lyon 1, 69008 Lyon, France
4 INSERM U1028; CNRS UMR5292; Lyon Neuroscience Research Center, Brain Dynamics and Cognition Team, 69675 Bron, France
5 University Lyon 1, Research on Healthcare Performance (RESHAPE), INSERM U1290, 69008 Lyon, France
Correspondance : T. Novais
teddy.novais@chu-lyon.fr

Objectif

Chez le patient âgé, la polypathologie est souvent associée à la prise de plusieurs médicaments, impliquant un risque élevé d’iatrogénie médicamenteuse. L’exposition médicamenteuse a été peu explorée chez les patients âgés atteints d’insuffisance rénale chronique. L’objectif de cette étude est de décrire l’exposition aux médicaments potentiellement inappropriés et aux médicaments présentant des propriétés anticholinergiques et sédatives chez ces patients.

Méthodes

Il s’agit d’une étude observationnelle conduite au sein d’un hôpital de jour gériatrique. Tous les patients âgés de plus de 65 ans avec une maladie rénale chronique avancée, définie par un débit de filtration glomérulaire estimé inférieur à 20 mL/min/1,73 m2 ou supérieur à 20 mL/min/1,73 m2 avec une progression rapide, et adressés par un néphrologue pour la réalisation d’une évaluation gériatrique standardisée pré-transplantation rénale, ont été inclus dans l’étude. Les médicaments potentiellement inappropriés ont été identifiés à partir de la liste EU(7)-PIM, et l’exposition aux médicaments anticholinergiques et sédatifs a été mesurée à partir du Drug Burden Index.

Résultats

Un total de 139 patients a été inclus dans l’étude (74,4 ± 3,3 ans, 32,4 % de femmes, 61,9 % dialysés). Des médicaments potentiellement inappropriés ont été retrouvés chez 74,1 % (103/139) des patients. Ils étaient principalement représentés par les inhibiteurs de la pompe à protons, les alpha-1-bloquants et les antihypertenseurs centraux. Concernant les médicaments anticholinergiques et/ou sédatifs, 79,9 % (111/139) des patients âgés étaient exposés.

Conclusion

L’étude montre que la prévalence de l’exposition aux médicaments potentiellement inappropriés et aux médicaments anticholinergiques et/ou sédatifs est élevée chez les patients âgés atteints de maladie rénale chronique avancée. Des interventions portant sur la déprescription de ces médicaments devraient être menées auprès de cette population spécifique.