JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Amélioration de l’accès préemptif à la liste d’attente de transplantation rénale entre 2017 et 2021 : bilan d’un programme régional en Aquitaine Article à paraître

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Maison du Rein AURAD Aquitaine, Gradignan, France
2 Inserm, CIC1401-EC, Université de Bordeaux, Bordeaux, France
3 Inserm U1219, Bordeaux Population Health, Université de Bordeaux, Bordeaux, France
4 CHU de Bordeaux, service de néphrologie transplantation dialyse aphérèse, Bordeaux, France
5 CHU de Bordeaux, service d’urologie, Bordeaux, France
6 CHU de Bordeaux, service d’anesthésie-réanimation uro-vasculaire, Bordeaux, France
7 Agence régionale de santé, Nouvelle Aquitaine, Bordeaux, France
8 CNRS-UMR 5164 ImmunoConcEpT, Université de Bordeaux, Bordeaux, France
Correspondance : M. Prezelin-Reydit
mathilde.reydit@maisondurein-aurad.fr

Introduction

L’accès préemptif à la liste d’attente de transplantation rénale (TR) reste limité en France, avec seulement 3,9 % de TR préemptives et 5,6 % de patients inscrits lors de l’initiation de la dialyse. Une tendance similaire était observée en Aquitaine. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact d’un programme régional en termes d’accès à la liste d’attente chez les patients débutant un traitement de suppléance.

Méthodes

Nous avons inclus l’ensemble des patients évalués pour une inscription sur liste entre 2017 et 2020, 2017 étant l’année de référence et 2018 l’année de début du programme régional. Nous avons évalué de façon annuelle, grâce aux registres CRISTAL et REIN, l’évolution du nombre de patients inscrits sur liste lors de l’initiation du traitement de suppléance par dialyse ou transplantation.

Résultats

Le nombre de nouveaux candidats évalués a augmenté graduellement chaque année, passant de 255 en 2017 à 352 en 2020 (+ 38 %). Le nombre de patients inscrits sur la liste a fortement augmenté en 2018 passant de 229 en 2017 à 319 en 2018 (+39,3 %), puis est resté stable. À l’initiation du traitement de suppléance, la proportion de patients inscrits a augmenté graduellement passant de 7,1 % en 2017 à 18,2 % en 2020. La proportion de TR préemptive est restée stable entre 2017 et 2021 (environ 7 %) avec une baisse en 2020 (4,6 %). Environ 60 % des patients présentaient une contre-indication à la transplantation tout au long de cette étude.

Conclusion

Cette étude a montré qu’un programme régional visant à mieux informer les professionnels de santé et les patients et favorisant l’évaluation rapide des candidats à la greffe permet d’augmenter en 4 ans le taux d’inscription préemptive sur liste d’attente de TR chez les patients éligibles.