John Libbey Eurotext

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Accès à la liste d’attente de greffe rénale des patients en dialyse péritonéale de Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna Volume 18, numéro 6, Novembre 2022

Illustrations


  • Fig. 1

  • Fig. 2

Tableaux


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3
Auteurs

Introduction

Depuis 2012, les patients insuffisants rénaux chroniques de Nouvelle-Calédonie peuvent être inscrits sur une liste d’attente locale, et la transplantation rénale est réalisée en Australie. Ce programme a permis de diminuer le temps passé hors territoire pour une greffe rénale et de réduire la charge économique d’une greffe rénale pour la Nouvelle-Calédonie. Nous avons réalisé un état des lieux afin d’avoir un regard objectif sur la situation actuelle. L’objectif principal était de décrire l’accès à la liste d’attente pour les patients en dialyse péritonéale, et dans un second temps, de comparer les patients ayant un parcours à l’accès à la greffe conforme aux recommandations de la Haute Autorité de santé versus non conforme.

Méthode

Tous les patients en dialyse péritonéale au 31 juillet 2018 ont été inclus. Un questionnaire standardisé a été rempli par deux néphrologues, en s’appuyant sur le dossier médical informatisé et partagé du patient. Le parcours d’accès à la liste d’attente de greffe était considéré conforme si le patient était inscrit sur liste d’attente ou s’il avait une contre-indication à la greffe, ou encore si un bilan pré-transplantation datait de moins de 6 mois. Le parcours était considéré non conforme si le patient avait commencé un bilan depuis plus de 6 mois ou n’avait pas commencé son bilan.

Résultats

Au total, 61 patients de Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna suivis en dialyse péritonéale ont été inclus. Ils étaient âgés en moyenne de 62 ans. La durée moyenne depuis la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique était de 6,7 ans et depuis la mise en dialyse de 2,0 ans. Parmi eux, 11 (18 %) étaient inscrits sur liste d’attente, 26 (43 %) avaient au moins un motif contre-indiquant la greffe rénale, 3 (5 %) avaient commencé un bilan depuis moins de 6 mois et 21 (34 %) avaient un bilan qui durait depuis plus de 6 mois ou n’avaient pas commencé leur bilan. Parmi ces 21 patients avec un parcours non conforme, les 3 raisons le plus fréquemment identifiées étaient une programmation du bilan défectueuse (67 % ; n = 14), un éloignement géographique (48 % ; n = 10) et un événement de santé intercurrent (29 % ; n = 6). Parmi les patients résidant dans le Grand Nouméa, 74 % avaient un bilan conforme contre 44 % pour les patients résidant hors le Grand Nouméa (p = 0,058). Près d’un patient sur deux non inscrit sur liste d’attente n’a pas eu d’information sur la greffe rénale ou l’information n’a pas été tracée dans le dossier médical informatisé.

Conclusion

Cette étude a mis en évidence 2 facteurs principaux d’une évaluation non conforme à la transplantation rénale : habiter en dehors du Grand Nouméa et une programmation de bilan défectueuse. Il apparaît également un manque d’information au patient. Ces facteurs de risque d’inscription tardive et de non-inscription sont à prendre en compte par les équipes soignantes. Cet état des lieux permettra d’avoir un point de référence pour évaluer l’impact des actions d’amélioration d’accès à la transplantation rénale déployées en Nouvelle-Calédonie.

Introduction

Since 2012, a deceased donor kidney transplant program exists for dialysis patients living in New-Caledonia in collaboration with Royal Prince Alfred Hospital in Sydney, Australia. This program has reduced the time spent out-of-territory for a renal transplantation and has reduced the economic burden of end stage renal disease in New-Caledonia. We have realised a photography of kidney transplants evaluation for patients in peritoneal dialysis in New-Caledonia and Wallis and Futuna. The first aim was to describe access to kidney transplants evaluation for dialysis patients. A second aim was to compare patients with a conformed kidney transplant evaluation and patients without transplant evaluation with no obvious reasons identified.

Method

All patients in peritoneal dialysis in New-Caledonia and Wallis and Futuna at the 2018, 31st july were included. A standardised form was filled by two nephrologists. The computerised shared medical record was used to collect information. A kidney transplant evaluation was adequate for patients registered on transplant waiting list, patients with medical contraindications identified or patients with evaluation exams begun less than 6 months.

Results

In total, 61 patients were included. The average age was 62 years old. The chronic kidney disease care average time was 6.7 years and the dialysis average time was 2.0 years. Among them, 11 (18 %) were registered on the waiting list, 26 (43 %) had at least one kidney transplant medical contraindication, 3 (5 %) had begun transplant exam since less than 6 months and 21 (34 %) had no transplant exam begun or transplant exam begun since more than 6 months without medical contraindication identified. Among those 21 patients, the three most common reasons were a faulty programming transplant exam (67 %; n = 14), a remote living place (48 %; n = 10) and an intercurrent health event (29 %; n = 6). Among patients living in Noumea and suburbs, 74 % had a conformed transplant evaluation against 44 % in patients living outside Noumea and suburbs (P = 0.058). Nearly one in two patients not on the waiting list had have no information about kidney graft or the information was not recorded in the medical record.

Conclusion

This study showed two main factors of a non-conformed transplantation evaluation: living outside Noumea and suburbs and a non-efficient planning of pre-transplant assessment exams. There is also a lack of information to the patient. These risk factors for late registration and non-registration must be considered by the healthcare teams. This study will provide a point of reference to assess the impact of actions to improve access to renal transplantation deployed in New-Caledonia.