John Libbey Eurotext

Médecine de la Reproduction

MENU

Évaluation de l’exposition des couples infertiles aux perturbateurs endocriniens Volume 24, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2022

Illustrations

  • Figure 1.
  • Figure 2.
  • Figure 3.
  • Figure 4.
  • Figure 5.
  • Figure 6.

Tableaux

Auteurs
1 Service de médecine de la reproduction AMP, Natecia, hôpital privé Natecia, Lyon, France
2 Service de gynécologie obstétrique, hôpital de la Croix-Rousse, Lyon, France
3 Service de PMA, groupement hospitalier Est, HCL, Bron, France

De plus en plus d’études objectivent les effets délétères de l’exposition aux perturbateurs endocriniens (PE) sur la fertilité des couples et la santé de leur descendance. Les effets non épigénétiques des polluants peuvent être réversibles, d’où la nécessité de repérer les expositions et d’informer les couples. Les marqueurs d’exposition aux PE, dont la présence est ubiquitaire, sont pour l’instant coûteux, difficiles à doser en routine et ne reflètent ni le type d’exposition – chronique ou transitoire – ni l’effet cocktail des PE. Les marqueurs d’effets comme les micro-ARN circulants sont prometteurs, car ils peuvent être la signature épigénétique de l’exposition à un PE. Un questionnaire explorant les expositions du quotidien aux PE a été délivré à 592 patientes consultant notre centre de procréation médicalement assistée (PMA) et à 311 témoins. À l’issue du questionnaire un score est défini et permet d’adapter au mieux nos recommandations dans le groupe exposé (score < 28). Si les patientes infertiles semblent bien informées sur l’importance de l’alimentation en préconception, elles semblent l’être moins concernant la pollution de l’air intérieur et les produits d’entretien. Ce questionnaire rapide et simple permet d’évaluer les connaissances et l’exposition aux PE ; c’est également un outil pédagogique précieux qui pourrait être proposé aux centres de PMA.