John Libbey Eurotext

Médecine de la Reproduction

MENU

Comment la douleur en période périnatale influence-t-il la santé du fœtus et de l’enfant ? Regards croisés d’un chercheur et d’un clinicien Volume 22, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2020

Illustrations


  • Figure 1
Auteurs
1 Institut des neuroscience cellulaire et intégrative (INCI), Centre national de la recherche scientifique & université de Strasbourg, France
2 Institut universitaire de France, Paris, France
3 Service de médecine et réanimation du nouveau-né, hôpital de Hautepierre, centre hospitalier universitaire de Strasbourg, France
* Tirés à part

La qualité de l’environnement est un facteur essentiel au bon développement du nouveau-né, et particulièrement de son système nerveux. À la naissance, cet environnement peut devenir particulièrement agressif, par exemple lors de la prise en charge de nouveau-nés prématurés en unité de soins intensifs. Les travaux passés ont bien montré les effets délétères de l’excès des stimulations douloureuses sur l’expression à plus long terme d’anomalies de la sensibilité viscérale et somatique, de troubles de l’adaptation au stress ou encore de l’apparition de neuropathologies touchant les performances cognitives et la sociabilité. Ces observations, bien modélisées chez l’animal, font l’objet de nombreuses recherches visant à identifier les mécanismes sous-jacents et les structures cérébrales les plus sensibles. Notre laboratoire a récemment montré que des stimulations non douloureuses (sonores, lumineuses et olfactives, ou encore les interactions mère-enfant) ont également un rôle important. Les travaux menés en recherche clinique et fondamentale sont passés en revue dans cet article qui se concentre sur la situation des nouveau-nés prématurés. Les résultats plaident pour l’implantation de soins de développement individualisés, impliquant les parents et les équipes soignantes dans un environnement sensoriel ajusté aux capacités et aux attentes sensorielles des nouveau-nés pendant une période particulièrement critique du développement cérébral. Cette prise en charge vise à optimiser leur bien-être immédiat, leur bon développement et leurs performances cognitives ultérieures.