John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Rôle des PPARs dans la régulation du métabolisme du glucose et de la sensibilité à l'insuline Volume 3, numéro spécial 5, Numéro spécial, Octobre 2001

Auteur
Centre de Recherche sur l'Endocrinologie Moléculaire et le Développement, CNRS, 9, rue Jules Hetzel, 92190 Meudon, France.

Un état d'insulino-résistance est présent dans de nombreuses situations, physiologiques (vieillissement, grossesse, vie sédentaire) ou pathologiques (obésité viscérale, hypertension, dyslipidémie, syndrome de l'ovaire polykystique, diabète non-insulino-dépendant). Le diabète non-insulino-dépendant (DNID) se caractérise par deux défauts majeurs: 1- une résistance à l'insuline des muscles squelettiques et du foie, aboutissant à une diminution de l'utilisation du glucose et un moindre ralentissement de la production de glucose en réponse à l'insuline, 2- un défaut d'insulino-sécrétion en réponse au glucose (revue in [1]). Il existe à l'heure actuelle un certain nombre d'antidiabétiques oraux, couramment utilisés pour traiter ces défauts. Le site d'action de ces molécules est relativement bien connu. Les sulfonylurées corrigent le défaut de l'insulino-sécrétion, l'acarbose limite l'absorption intestinale de glucose, la metformine diminue la production hépatique de glucose. Comme l'insulino-résistance est une cause majeure de la morbidité et de la mortalité dans les pays industrialisés, il est donc impératif de la traiter avec la plus grande efficacité. La découverte et la récente mise sur le marché des antidiabétiques oraux d'une nouvelle classe thérapeutique améliorant la sensibilité à l'insuline, les thiazolidinediones (TZD), a ouvert des perspectives thérapeutiques intéressantes [2-5] (voir article de Scheen et al. dans ce numéro). Trois types de TZD ont reçu l'autorisation d'utilisation chez les DNID aux Etats-Unis et au Japon : la troglitazone (Rezulin®), la roziglitazone (Avandia®) et la pioglitazone (Actos®). Ces molécules ont en général des effets assez semblables sur l'insulino-sensibilité. Nous décrirons donc les effets de cette classe thérapeutique et non les effets de chacune de ces molécules. Elles ont par contre des effets différents sur les paramètres lipidiques (voir article de Blanquart et al. dans ce numéro).