John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

La sex hormone-binding globulin (SHBG) : biologie et intérêt en pathologie endocrinienne et métabolique Volume 3, numéro 3, Mai - Juin 2001

Auteurs
Laboratoire de la Fédération d'Endocrinologie, Hôpital de l'Antiquaille, 1, rue de l'Antiquaille, 69321 Lyon cedex 05, France.

La SHBG (sex hormone-binding globulin) ou SBP (sex steroid-binding protein), protéine de liaison des hormones stéroïdes sexuelles dans le plasma, a été découverte au milieu des années 60, pratiquement en même temps en France par C. Mercier-Bodard et aux Etats-Unis par W. Rosner [1, 2], elle fut alors appelée Testosterone-estradiol-binding globulin (TeBG). Nous utiliserons ici le terme de SHBG désormais le plus largement utilisé. La SHBG lie avec une forte affinité les stéroïdes sexuels, essentiellement la testostérone, et avec un degré moindre le 17beta-œstradiol [3]. En liant les stéroïdes, la SHBG régule leur biodisponibilité et contrôle leur accès vers les cellules cibles, l'hypothèse la plus couramment admise est que seule la fraction libre des stéroïdes est biologiquement active [4]. La SHBG maintient ainsi l'équilibre entre les effets biologiques respectifs des androgènes et des œstrogènes. Différents groupes ont avancé l'hypothèse que la SHBG interagit avec un récepteur membranaire qui contribue à la transmission du signal stéroïdien [5], mais ce récepteur n'a toujours pas été cloné et l'impact biologique de ces interactions reste obscur. La SHBG est produite et sécrétée par le foie. Il existe également une activité de liaison spécifique des androgènes dans le testicule et l'épididyme, différente de celle de leur récepteur nucléaire, liée à la présence de l'Androgen-binding protein (ABP) produite par la cellule de Sertoli [6]. La purification et le séquençage peptidique de la SHBG humaine [7], ainsi que le clonage et le séquençage de l'ADNc de l'ABP de rat [8] ont permis de démontrer l'étroite homologie existant entre ces deux protéines [9]. La preuve définitive que la SHBG et l'ABP sont les produits d'un même gène (Shbg) a été apportée par le clonage du gène humain [10] et du rat [11], ainsi que le clonage et le séquençage des ADNc de la SHBG du foie fœtal de rat [12] et de l'ABP humaine [13]. Nous nous intéresserons ici essentiellement aux fonctions et aux régulations de la SHBG plasmatique humaine. Malgré plus de trente années d'études, le ou les rôles exacts de la SHBG restent hypothétiques. Une des raisons majeures du manque de connaissances est la rareté de mutants naturels présentant des troubles pathologiques que l'on puisse étudier. L'absence de délétions du gène Shbg est en faveur d'un rôle essentiel de la SHBG au cours du développement. La régulation de l'expression de ce gène apparaît complexe, et loin d'être élucidée. De plus l'existence d'épissages alternatifs d'ARNm codant pour des protéines apparentées dans différents tissus du rat et de l'homme agrandisse le champ d'investigation. La régulation transcriptionnelle de la SHBG par le facteur HNF-4 pourrait expliquer les corrélations observées des concentrations plasmatiques de SHBG avec le profil lipidique et le métabolisme du glucose. Une connaissance plus appronfondie des mécanismes régulateurs de l'expression du gène Shbg au niveau de son promoteur est donc encore nécessaire pour comprendre toute la physiopathologie de la SHBG, et sera l'un des principaux enjeux des recherches à venir.