John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Fibrates : quelle place leur reste-t-il en prévention cardio-vasculaire ? Volume 4, numéro 4-5, Numéro double, Juillet - Octobre 2002

Auteur
Service de diabétologie et Centre clinico-biologique des lipides ARCOL, Hôpital Pasteur, CHU de Nice, France. 06002 Nice cedex

L'abondance de publications récentes concernant l'efficacité des statines sur les taux élevés de cholestérol et la baisse des maladies cardio-vasculaires qui en résulte semblent avoir éclipsé l'utilisation des fibrates. Cette vision est probablement réductrice pour au moins deux raisons : 1) les statines sont un médicament de première intention pour la correction de l'hypercholestérolémie, mais environ la moitié des patients ayant fait un infarctus du myocarde sont normocholestérolémiques ; 2) la réduction sous statines du risque relatif de maladie coronarienne est au mieux de 35 %, suggérant qu'une partie non négligeable de patients souffre de maladies cardio-vasculaires indépendantes de la baisse du cholestérol-LDL ou d'un effet direct des statines. Cependant il est important, afin que le choix médicamenteux devant une dyslipidémie puisse se faire en toute connaissance de cause, de rappeler quelques notions importantes concernant l'épidémiologie et la physiopathologie de l'hypertriglycéridémie comme facteur de risque d'athérosclérose ainsi que les données biochimiques nouvelles sous-tendant l'action des fibrates (ces notions sont largement détaillées dans d'autres chapitres de cette revue). Nous examinerons ensuite les essais cliniques publiés et à venir ayant utilisé ou utilisant des fibrates, avant de dégager en conclusion quelques notions pratiques sur leur utilisation.