John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

MENU

Prurit chez les patients hémodialysés chroniques au service de néphrologie du CHU du Point G (Bamako, Mali) Volume 29, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 CHU Point G, Service de néphrologie, BP 333 Bamako, Mali
2 Centre institut Marchow, dermatologie-vénérologie, Bamako, Mali
3 Université des sciences de la santé Kankou Moussa, Bamako, Mali
4 CHU Point G, Service de maladies infectieuses et tropicales, Bamako, Mali
5 Hopital Niamey, Service de néphrologie, Niger
* Correspondance
  • Mots-clés : prurit, hémodialyse chronique, Mali (Bamako)
  • DOI : 10.1684/mst.2019.0866
  • Page(s) : 102-5
  • Année de parution : 2019

Objectif : Le but de ce travail est de décrire le prurit chez les hémodialysés chroniques au centre hospitalier universitaire du Point G. Méthode et patients :Il s’agissait d’une étude transversale descriptive, portant sur 30 patients en hémodialyse chronique. Résultats :Sur 90 patients hémodialysés chroniques, 30 patients ont été retenus dont 22 hommes (73,3 %) et 08 femmes (26,7 %) et l’âge moyen était de 46,60 ans avec des extrêmes de 24 à et 82 ans. Le prurit était localisé chez 23,3 % (07 patients) et diffus chez 76,7 % (23 patients). Il survenait au cours des séances de dialyse chez 50 % des cas. Le prurit était nocturne (50 %), diurne (30 %) intermittent (10 %) et constant (10 %). Les signes dermatologiques associés au prurit étaient l’hyperpigmentation cutanée 13,3 %, l’eczéma de contact dans 3,3 % des cas, la xérose cutanée avec 53,3 %. Conclusion :Le prurit reste de loin le signe le plus fréquent des affections dermatologiques de l’hémodialysé chronique. Le traitement reste symptomatique.