John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

MENU

L’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (Iressef) de Diamniadio : la vision d’un homme et un pari sur l’avenir Volume 29, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
Auteurs
1 Iressef, 4 rue 2 D1 Pôle urbain de Diamniadio, Boîte postale 7325, Dakar, Sénégal
2 Consultant
3 Université Cheik Anta Diop (UCAD), Dakar
* Correspondance

Pour désengorger Dakar, sa capitale, le Sénégal s’est engagé en 2012 à construire une ville nouvelle à Diamniadio, dans la grande banlieue. Ce nouveau pôle urbain, partie intégrante du Plan Sénégal émergent (PSE), constitue un premier grand pas vers la rationalisation de l’aménagement du territoire. L’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (Iressef) est une des toutes premières structures fonctionnelles de cette nouvelle ville, conçu et dirigé par le professeur Souleymane Mboup. L’ouverture de l’Iressef a été possible grâce au soutien du gouvernement du Sénégal et de la fondation Gilead. La vision de ses promoteurs est d’en faire un hub d’excellence dans le domaine de la recherche sur les maladies infectieuses tropicales disposant d’une expertise et d’un plateau technique comparables à ceux des instituts de recherche des pays développés. Les plateformes existantes comprennent entre autres plusieurs laboratoires à la pointe de la technologie, un système de surveillance sanitaire et démographique couvrant une population de 30 000 habitants, un centre d’essais cliniques, un programme de participation communautaire dynamique et centre de formation. Pour réaliser cette vision à court et à long terme, l’Iressef dispose d’un plan stratégique quinquennal articulé autour de deux objectifs principaux à savoir : (i) exécuter des programmes de recherche conformément aux normes éthiques et déontologiques les plus strictes et (ii) former une élite de scientifiques sénégalais et africains compétitifs et capables de développer la recherche en santé en Afrique. Pour atteindre ces objectifs, le rôle des partenaires à l’international sera primordial.