John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

MENU

Fractures ouvertes de jambe de type III en situation sanitaire dégradée. Partie 2 : couverture par des lambeaux simples, fiables et reproductibles Volume 28, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7

Tableaux

Auteurs
1 Fédération de chirurgie réparatrice des membres, Hôpital d’instruction des armées Percy, Clamart, France
2 Service de chirurgie orthopédique et traumatologique, Hôpital d’instruction des armées Clermont-Tonnerre, Brest, France
3 Service de chirurgie orthopédique et traumatologique, Hôpital principal Dakar, Dakar, Sénégal
4 Service de chirurgie orthopédique et traumatologique, Hôpital d’instruction des armées Desgenettes, Lyon, France
5 Chaire de chirurgie appliquée aux armées, École du Val-de-Grâce, Paris, France
* Correspondance
  • Mots-clés : chirurgie réparatrice, fracture ouverte, lambeau, perte de substance, situation précaire, tibia
  • DOI : 10.1684/mst.2018.0810
  • Page(s) : 230-6
  • Année de parution : 2018

À l’issue du traitement initial basé sur le débridement-parage et l’exofixation, la reconstruction cutanée des fractures ouvertes de jambe Gustilo IIIB doit idéalement intervenir dans les 7 jours suivant le traumatisme. En situation sanitaire dégradée, elle repose exclusivement sur des lambeaux pédiculés, qui sont utilisables par tout chirurgien orthopédiste ayant reçu un minimum de formation. Les auteurs décrivent ici l’utilisation simplifiée de 7 lambeaux classiques, permettant de faire face à la plupart des pertes de substance. La diffusion de ces techniques dans les pays en développement est cruciale pour limiter les séquelles fonctionnelles et trophiques consécutives à l’exposition prolongée du foyer de fracture.