John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

MENU

Création d’accès d’hémodialyse au Tchad : étude de faisabilité dans le cadre de l’aide médicale aux populations par une structure chirurgicale de l’avant française Volume 29, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 HIA Sainte-Anne, 83800 Toulon, France
2 HIA Laveran, Marseille, France
3 5e Centre médical des armées, Strasbourg, France
4 HIA Desgenettes, Lyon, France
* Correspondance
  • Mots-clés : fistule artério-veineuse, hémodialyse, vasculaire, aide médicale à la population, Tchad
  • DOI : 10.1684/mst.2018.0858
  • Page(s) : 121-6
  • Année de parution : 2019

Introduction : La prise en charge de patients en hémodialyse chronique au Tchad est récente. L’accès vasculaire utilisé est le plus souvent un cathéter. L’objectif de cette étude était de démontrer la faisabilité de la chirurgie des fistules artério-veineuses (FAV) encore peu développée lors de l’aide médicale aux populations (AMP) sur les théâtres d’opération extérieure (Opex). Méthodes : Les patients opérés pour création de FAV entre décembre 2016 et février 2017 à l’antenne chirurgicale du camp Kossei de N’Djamena (Tchad) ont été inclus prospectivement. La chirurgie était réalisée par un chirurgien vasculaire entraîné. Parmi les données colligées figuraient l’âge, le sexe, l’étiologie de l’insuffisance rénale, le type d’anesthésie, la localisation de la FAV, les durées d’intervention et d’hospitalisation. Les patients étaient revus à 1 mois afin d’évaluer la fonctionnalité de la FAV, la morbidité et la mortalité. Résultats : 17 FAV ont été réalisées en 3 mois. Le sex-ratio (H/F) était de 3. L’hypertension artérielle (HTA) représentait l’étiologie principale d’insuffisance rénale (55 %). Toutes les interventions ont été réalisées sous anesthésie locorégionale. Quarante et un pour cent des FAV créées étaient humérocéphaliques. Les durées moyennes d’intervention et d’hospitalisation étaient de 58 minutes et d’1 jour respectivement. La mortalité était nulle. La morbidité globale, intégrant la non-fonctionnalité de la FAV, était de 25 %. Conclusion : Cette étude démontre que la chirurgie des FAV est tout à fait réalisable en Opex et notamment au Tchad. Elle répond à une véritable demande sanitaire locale et mérite donc d’être développée et enseignée aux équipes médicochirurgicales locales.