John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

Une céphalée isolée et inhabituelle révélant une métastase orbitaire unique, inaugurale d’un carcinome épidermoïde de l’œsophage Volume 25, numéro 2, Mars-Avril 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
1 Service de neurologie, hôpital Emile Muller, Mulhouse, France
2 Service d’hépato-gastro-entérologie, hôpital Emile Muller, Mulhouse, France
3 Service de neurochirurgie, hôpitaux civils, Colmar, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : céphalée, exophtalmie, métastase orbitaire, carcinome épidermoïde, cancer œsophagien
  • DOI : 10.1684/met.2019.0764
  • Page(s) : 144-7
  • Année de parution : 2019

Introduction. Une céphalée isolée est un symptôme aspécifique ; il est rare qu’elle traduise une tumeur orbitaire, qu’elle soit primitive ou secondaire. Les cancers primitifs dont elle peut être la manifestation sont plus volontiers digestifs, gynécologiques, urologiques ou pulmonaires. Observation. Nous rapportons l’observation d’une femme de 52 ans, hospitalisée en neurologie, présentant une hémicrânie droite installée rapidement avec exophtalmie, abduction limitée et hypoesthésie du trijumeau V2. Le bilan étiologique révélait une métastase orbitaire droite (biopsie-exérèse neurochirurgicale) d’un carcinome épidermoïde œsophagien. La chimiothérapie permettait, à un an, une autonomie conservée, malgré une cécité droite. Conclusion. À notre connaissance, notre observation est la première description d’une métastase orbitaire révélatrice d’un carcinome épidermoïde œsophagien. La présentation atypique et aspécifique rappelle au clinicien que tout symptôme neurologique survenant durant la cinquième décennie, avec antécédents carcinologique et tabagique, doit faire rechercher une tumeur orbitaire. Le pronostic sombre et l’arsenal thérapeutique limité justifient un bilan exhaustif pour une prise en charge précoce.