JLE

Médecine thérapeutique

MENU

Prévention primaire des événements artériels par l’aspirine ou le lit de Procuste Volume 15, numéro 1, janvier-février-mars 2009

Auteurs
Service de médecine interne et de thérapeutique, Hôpital Sainte-Marguerite, 13821 Marseille

L’efficacité de l’aspirine en prévention primaire des événements artériels chez les patients à haut risque est souvent présentée comme un fait acquis. Or, les essais cliniques menés dans diverses populations, y compris des populations de diabétiques ou d’hypertendus, n’en ont jamais apporté la preuve de manière indubitable. La négativité de ces essais peut s’expliquer parfois par un manque de puissance ou par la sélection de patients à risque insuffisant. Les recommandations en faveur de la prescription d’aspirine en prévention primaire sont donc davantage fondées sur des arguments épidémiologiques. Ceux-ci ont leurs limites : en particulier, l’estimation du risque hémorragique lié à l’aspirine à dose antiagrégante en population générale est sujette à caution. Il existe donc un réel besoin d’essais cliniques menés dans des populations à risque élevé selon une méthodologie moderne testant l’aspirine en prévention primaire dans un contexte thérapeutique actuel avec un large emploi des statines et des antihypertenseurs.