JLE

Médecine

MENU

Le sorafenib. Une thérapeutique « ciblée » du cancer du foie Volume 4, numéro 9, Novembre 2008

Auteurs
Service d'hépato-gastro-entérologie, CHU Dijon - patrick.hillon@chu-dijon.fr

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) occupe la 3e place de la mortalité par cancer dans le monde. Avec 6 000 nouveaux cas en France, le CHC était en 2000 le deuxième cancer digestif chez l'homme après les cancers colorectaux. La gravité de ce cancer (moins de 5 % de survie à 5 ans) est liée à un diagnostic souvent tardif, à la présence d'une cirrhose sous-jacente interdisant les traitements trop agressifs médicaux ou chirurgicaux, à la chimiorésistance de la tumeur. Le sorafenib1 vient d'obtenir une AMM dans le traitement de ce carcinome. Il fait partie d'une classe de médicaments anticancéreux innovants par leur mécanisme d'action [1]. Leur prescription est hospitalière et réservée aux médecins compétents en oncologie, mais ces médicaments vont impliquer les médecins généralistes dans la prévention et la gestion d'effets indésirables très spécifiques, partagés en partie par l'ensemble des médicaments anticancéreux dotés de propriétés antiangiogéniques.