JLE

Journal de Pharmacie Clinique

MENU

Analyse pharmaceutique de la prophylaxie médicamenteuse de l’ulcère de stress dans un service d’urgences médicales en Côte d’Ivoire Volume 43, numéro 2, Juin 2024

Illustrations


  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
1 Unité de pharmacie clinique et thérapeutique, UFR SPB, Université Félix Houphouët Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire
2 Service de pharmacie, CHU de Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire
3 Service de pharmacologie clinique, CHU de Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire
* Correspondance : E. Doffou

Introduction

La problématique liée à la pertinence et à l’efficience de la prophylaxie médicamenteuse de l’ulcère de stress (UDS) est souvent posée. Notre objectif était d’analyser les interventions pharmaceutiques liées à la prophylaxie médicamenteuse de l’UDS aux urgences médicales du CHU de Cocody-Abidjan (Côte d’Ivoire).

Méthodes

Cette étude était transversale à visée descriptive incluant des patients admis aux urgences médicales du CHU de Cocody-Abidjan de juillet 2021 à janvier 2022 et recevant une thérapeutique médicamenteuse liée à la prévention de l’UDS. L’analyse pharmacothérapeutique a été réalisée à l’aide de l’algorithme de Calop. L’arbre décisionnel élaboré par la Société de réanimation de langue française pour la prévention de l’hémorragie digestive haute de stress en réanimation a été utilisé comme référentiel. La classification des problèmes liés à la thérapeutique (PLT) et des interventions pharmaceutiques (IP) de la Société française de pharmacie clinique (SFPC) a été utilisée. Les cotations des impacts clinique, économique et organisationnel potentiels relatives aux IP acceptées par les prescripteurs, ont été déterminées à l’aide de l’échelle CLEO. Les coûts directs évités liés aux IP acceptées ont été estimés.

Résultats

Les PLT relatifs à la prévention de l’UDS ont concerné 87,5 % des 112 patients inclus. La « non-conformité au référentiel » (100 %) et l’« arrêt » (100 %) ont constitué respectivement le PLT et l’IP relatifs à la prévention de l’UDS. Soixante-et-onze pourcent (71 %) des IP ont été acceptées et toutes cotées « IP à impact clinique nul », « IP permettant de diminuer le coût de la prise en charge médicamenteuse », et « IP à impact organisationnel positif ». Ces IP ont permis une réduction du coût journalier de prise en charge médicamenteuse de 23,8 % en moyenne.

Conclusion

Les IP liées à la prévention de l’UDS sont pertinentes et contribuent à l’efficience thérapeutique de la prise en charge des patients aux urgences médicales à Abidjan.