John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Trouble de la personnalité borderline : recommandations de traitement pour la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie (SSPP) Volume 96, numéro 1, Janvier 2020

Auteurs
1 Erwachsenen-Psychiatrische Klinik, Universitäre Psychiatrische Kliniken (UPK) Basel
2 Psychiatrische Klinik Münsterlingen, Psychiatrische Dienste Thurgau
3 Psychiatrischer Dienst Spital Emmental AG, Burgdorf
4 Arbeitsgemeinschaft wissenschaftlicher Psychotherapie (AWP) Zürich; Psychotherapeutische Praxis, Männedorf
5 Service des spécialités psychiatriques, Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG)
6 Psychiatriezentrum Münsingen AG (PZM)
7 Kinder- und Jugendpsychiatrische Klinik, Universitäre Psychiatrische Kliniken Basel (UPK)
8 Psychiatrie Baselland (PBL), Liestal
9 Departement de psychiatrie, Institut universitaire de psychothérapie et Service de psychiatrie générale, Département de psychiatrie, Université de Lausanne, place Chauderon 18, CH-1003 Lausanne
Department of Psychology,
University of Windsor, Canada
* Correspondance
  • Mots-clés : état-limite, trouble de la personnalité, psychothérapie, diagnostic, thérapeutique médicamenteuse, recommandation
  • DOI : 10.1684/ipe.2020.2053
  • Page(s) : 35-43
  • Année de parution : 2020

La forme primaire de traitement pour le trouble de la personnalité borderline est la psychothérapie ambulatoire avec une fréquence d’1 à 2 séances par semaine pendant 1 à 3 ans. Les principes de base spécifiques au trouble sont à la base du traitement. La discussion du diagnostic, la psychoéducation, la définition et la vérification régulière des buts thérapeutiques, tout comme l’accord autour d’un plan de crise sont les conditions pour un traitement réussi.

Une attention particulière est portée à l’établissement et à l’aménagement de la relation thérapeutique. L’adaptation flexible et situationnelle du thérapeute (« responsiveness ») à chaque patient et une approche constructive des situations interpersonnelles critiques (par exemple, les comportements automutilants et la suicidalité) sont centraux. La supervision ou l’intervision des thérapeutes sont une part essentielle de chaque traitement.

Plusieurs méthodes de traitement propre au trouble se sont révélées efficaces. La formation, le perfectionnement ou la formation continue sur les procédés empiriquement démontrés sont recommandées.