John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Représentations sociales du « fou », du « malade mental » et du « dépressif » dans les Outre-mer français et dans l’Hexagone Volume 98, numéro 8, Octobre 2022

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

Tableaux

Auteurs
1 Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé pour la recherche et la formation en santé mentale, EPSM Lille-Métropole
2 Université de Paris Cité, Inserm, Eceve, F-75010 Paris, France
3 Centre hospitalier universitaire de Fort-de-France, Martinique
4 Établissement public de santé mentale de la Guadeloupe
5 Centre hospitalier de Nouméa
6 Établissement public de santé mentale de la Réunion
7 Centre hospitalier de Cayenne
8 Centre hospitalier de Mayotte
9 Centre hospitalier universitaire de la Martinique
Correspondance : J.-L. Roelandt

L’enquête « Santé mentale en population générale : images et réalité » a été menée dans l’Hexagone et dans huit sites ultramarins dans trois continents, dans les départements, régions et collectivités d’Outre-mer français (Guyane, Martinique, Guadeloupe, Réunion, Mayotte, Polynésie française et deux sites en Nouvelle-Calédonie), sur des échantillons représentatifs de la population générale. Les personnes répondaient à quatre questionnaires : un socio-anthropologique, un épidémiologique, un sur le recours aux soins et un sociodémographique. Le focus a été mis dans cet article sur les représentations sociales du « fou », du « malade mental » et du « dépressif ».

Si les territoires ultramarins se différencient nettement en termes sociodémographiques, épidémiologiques, psychiatriques, les représentations sociales du « fou » et du « malade mental » restent très proches entre sites et avec l’Hexagone. En revanche, des différences nettes apparaissent avec la métropole sur la conception de la guérison, de l’exclusion, et surtout sur la définition du « dépressif » qui n’est pas appréhendé de la même façon surtout à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie-îles et Brousse, et en Polynésie. Plus qu’un ensemble homogène, les sites ultramarins nous invitent à penser la santé mentale dans sa diversité et sa complexité.