John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Recherche translationnelle et risque psychotique à l’adolescence Volume 95, numéro 3, Mars 2019

Auteur
Médecin-Directeur,
RFSM, Centre de pédopsychiatrie
Chemin des Mazots 2
1700 Fribourg, Suisse
* Correspondance
  • Mots-clés : schizophrénie, vulnérabilité, prévention médicale, diagnostic précoce, marqueur biologique, adolescent, endophénotype
  • DOI : 10.1684/ipe.2019.1927
  • Page(s) : 171-9
  • Année de parution : 2019

L’essor des neurosciences a fourni de nombreuses pistes d’exploration et de compréhension des mécanismes en jeu dans le développement de la schizophrénie. La vulnérabilité génétique et l’hypothèse neurodéveloppementale sont étayées par de nombreuses observations, avec en toile de fond des anomalies neurophysiologiques, de neuro-circuiterie et de neurocognition, que l’imagerie cérébrale et différents examens complémentaires mettent en évidence. Cependant, est-ce que les biomarqueurs et les endophénotypes étudiés nous permettent d’identifier plus précisément les sujets à risque et d’offrir un traitement plus efficace pour prévenir la transition vers la psychose ? À travers une revue des études récentes et des dernières méta-analyses sur le sujet, nous aborderons les limites de l’art divinatoire fondé sur les neurosciences et les études de cohorte, ainsi que les espoirs suscités par le développement de la médecine personnalisée.