John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

L’inscription sociale dans les musées - Le « cas » Lucienne Forest Volume 99, numéro 4, Avril 2023

Auteurs
1 Chef du service de psychiatrie du 75G04, 7e arrondissement de Paris, Pôle 5, 6, 7 du GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences, site Sainte Anne
2 Chef du Pôle 5, 6, 7 GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences
* Correspondance : A. Velasco

En psychiatrie, l’accompagnement vers une réhabilitation et réinsertion psychosociale des patients schizophrènes reste l’objectif majeur au-delà du traitement des épisodes critiques. La psychiatrie de secteur a été mise en place sur ces principes généraux. Cette organisation sanitaire est complétée depuis deux ou trois décennies par l’apparition de systèmes médicosocial et sociaux susceptibles d’accompagner le patient vers une inscription dans la société tout en préservant les soins. Or, nous sommes bien obligés de constater qu’une grande partie des patients suivis dans nos institutions ne parviennent pas à franchir seuls ce dernier seuil. Cela interroge notre capacité à les accompagner au-delà du réseau institutionnel classique et ouvre la nécessité d’établir des liens avec la cité comme une extension de l’accompagnement sanitaire. Partant de l’affirmation freudienne que la culture permet à l’homme de faire face à sa nature1 nous avons développé un travail avec différents acteurs culturels parisiens. Ces grandes institutions : Paris Musées, Opéra de Paris, musée du Quai Branly, Fond municipal d’art contemporain, nous facilitent la création de passerelles (institution psychiatrique-acteurs culturels majeurs). Le parcours de Lucienne Forest illustre l’accompagnement des patients grâce à cette interface qui concourt à établir une forme de lien social.