John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

La lycanthropie : du mythe à la pathologie psychiatrique Volume 85, numéro 7, septembre 2009

Auteurs
Établissement public de santé Alsace Nord, secteur Brumath, 141, avenue de Strasbourg, 67170 Brumath
  • Mots-clés : lycanthropie, mythologie, loup-garou, trouble mental
  • DOI : 10.1684/ipe.2009.0524
  • Page(s) : 675-9
  • Année de parution : 2009

La métamorphose d’homme en loup est une croyance ancienne. Assimilée par l’Inquisition à de la sorcellerie, la lycanthropie a donné lieu à de nombreux procès et mené à de nombreuses condamnations au bûcher. Parallèlement à l’interprétation religieuse de la lycanthropie, plusieurs médecins ont assimilé cette dernière à un trouble mental. Durant l’Antiquité et le Moyen Âge, deux conceptions de la lycanthropie coexistent donc : une approche religieuse pouvant conduire au bûcher et une vision médicale rationnelle. Cette dernière considère initialement la lycanthropie comme une complication de la mélancolie et privilégie le traitement à la punition inquisitoriale. Finalement le modèle médical l’emporte dès le début du XVII e siècle, la lycanthropie étant décrite comme manifestation clinique de plusieurs troubles mentaux (mélancolie puis manie). Depuis 1850 jusqu’à ce jour, des cas cliniques de lycanthropie sont toujours publiés dans la littérature française et internationale.