John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Coriolan de Shakespeare : tragédie de l’orgueil et du nom propre Volume 95, numéro 10, Décembre 2019

Auteur
IME « Le Marais »,
13 rue Saint-Dominique
85300 Challans, France
IME « Les Terres Noires »,
route de Mouilleron
85000 La Roche/Yon, France
* Correspondance

Coriolan (1607) est l’une des tragédies romaines de Shakespeare. Le personnage central, Caius Marcius, est un général patricien, tyrannique, insensible et méprisant. Les nombreuses cicatrices inscrites sur son corps attestent des nombreuses batailles livrées, dans lesquelles il s’est montré particulièrement courageux. Orgueilleux à l’extrême, ayant une haute estime de lui-même, Caius n’est pas aimé, il est même haï. Caius ne se soumet jamais, ne renonce pas, ne montre jamais ses failles, ses faiblesses, il se montre toujours égal à lui-même, sûr de lui, intransigeant, jamais dans la dialectique. Les Volsques – avec à sa tête Aufidius, ennemi de toujours de Caius – s’approchent de Rome. Caius va se montrer héroïque dans la bataille, et en sortira grandi encore. Avec la prise de la cité de Corioles, on le surnomme « Coriolan ». Nous ferons ici une revue de la littérature qui mettra en relief la figure assez extraordinaire, hors du commun de Coriolan. Nous mettrons l’accent sur « l’orgueil » de Coriolan, un orgueil surdimensionné, un orgueil « pathologique » qui – nous tenterons de le montrer – joue un rôle et une fonction essentielle pour son héros. Nous verrons ainsi quelle place fut donnée dans la psychiatrie classique, puis ultérieurement dans la psychanalyse, à la question de l’orgueil en pathologie mentale. Et nous mettrons l’accent sur un autre point, essentiel, celui de l’importance et de la fonction du nom propre chez Coriolan. Blessé dans son orgueil au moment où Coriolan est banni par les siens, il ne lui reste en effet que son nom, qui le tient et le soutient, lui permettant de ne pas s’effondrer. Ainsi, Shakespeare nous enseigne, et nous incite ici à nous questionner en mettant en perspective : orgueil, personnalité, et fonction du nom propre.