JLE

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Vaccination contre les papillomavirus humains : quelle place en proctologie en 2024 ? Volume 31, numéro 5, Mai 2024

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Paris Saint-Joseph, Service de proctologie, 185 rue Raymond Losserand, 75014 Paris
2 Hôpital Saint-Antoine, Santé Sorbonne Université, Unité de gastroentérologie et nutrition, 75012 Paris,
3 Hôpital Saint-Louis, Université Paris Cité, Département de dermatologie, 75010 Paris
* Correspondance : D. Roland

L’infection à papillomavirus humain (HPV) est considérée comme l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente au monde. Bien que souvent asymptomatique grâce au phénomène de clairance virale, en cas d’infection persistante à HPV, des lésions cutanées ou muqueuses peuvent apparaître. Les infections à HPV à bas risque oncogène favorisent l’apparition de lésions bénignes comme les condylomes. Les infections à HPV à haut risque oncogène favorisent ­l’apparition de lésions précancéreuses et de cancers, en particulier au niveau du col de l’utérus, de l’anus ou de la sphère ORL. Afin de lutter contre cette infection pandémique responsable d’un lourd fardeau épidémiologique et économique, la vaccination prophylactique (stratégie de prévention primaire) s’est développée dans de nombreux pays. Les vaccins commercialisés ont un bon profil de tolérance avec un recul désormais de plus de 15 ans, et une efficacité bien démontrée en ce qui concerne la survenue des lésions bénignes, précancéreuses et malignes HPV induites. L’intérêt éventuel de la vaccination en prévention secondaire n’est quant à lui pas démontré. En France, la vaccination est recommandée chez les filles et les garçons de 11 à 14 ans, avant le début de l’activité sexuelle pour une meilleure efficacité. Les rattrapages sont possibles jusqu’à 19 ans, et jusqu’à 26 ans révolus chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes. La couverture vaccinale en France reste à ce jour insuffisante pour aboutir à l’éradication de l’infection HPV, objectif de santé publique.