John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Utilisation des facteurs de croissance dans les maladies hépatiques Volume 27, numéro 3, Mars 2020

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Jean Minjoz,
Service d’hépatologie et de soins intensifs digestifs,
25000 Besançon
2 INSERM U1193,
Université Paris Saclay,
Campus d’Orsay,
Bât. 443,
91405 Orsay
* Correspondance

Les maladies chroniques du foie sont responsables d’une morbi-mortalité élevée. Après une agression hépatocellulaire, les hépatocytes matures peuvent proliférer et réparer le foie endommagé, mais ce processus de régénération est souvent limité. Lorsque la prolifération des hépatocytes est compromise, des cellules hépatiques progénitrices peuvent se différencier en hépatocytes. La transplantation hépatique représente le traitement de choix des patients ayant une insuffisance hépatique sévère mais n’est pas toujours possible en raison de la pénurie de greffons. La thérapie cellulaire, qui pourrait pallier cet écueil, repose sur l’inoculation de cellules souches de la moelle osseuse (CSMO) ou sur l’utilisation du facteur de croissance de la lignée granulocytaire (G-CSF) afin de mobiliser les CSMO et leur permettre de se différencier en hépatocytes fonctionnels. Les principales utilisations du G-CSF en hépatologie sont faites actuellement dans le cadre d’essai thérapeutique au cours de l’hépatite alcoolique aiguë sévère, de la cirrhose décompensée sans ou avec défaillance d’organes. Les résultats obtenus avec le G-CSF dans ces trois indications, sur la survie et sur l’amélioration des scores hépatiques, semblent prometteurs. Cependant, ces études majoritairement indiennes, sont d’effectif limité ; de plus, les résultats intérimaires d’une étude allemande récente réalisée chez des patients en ACLF n’ont pas confirmé l’innocuité du G-CSF dans cette indication et la survie n’était pas améliorée. De nombreuses études en cours ou en devenir et incluant des effectifs plus larges devraient permettre de confirmer ou non l’intérêt du G-CSF dans les maladies hépatiques sévères.