John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Un nouveau regard sur les fonctions et la place de l’albumine au cours de la cirrhose Volume 22, numéro 6, Juin 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
Auteurs
1 Hôpital Jean Minjoz,
service d’hépatologie et de soins intensifs digestifs,
25030 Besançon, France
2 CHU d’Angers,
service d’hépato-gastroentérologie,
Angers, France
3 Faculté de Médecine,
Laboratoire HIFIH UPRES EA 3859,
Angers, France
4 Centre Hospitalier,
service d’hépato-gastroentérologie,
BP 3007, 95503 Gonesse Cedex, France
* Tirés à part

Les perfusions d’albumine ont pris une place importante dans le traitement des complications de la cirrhose. Trois indications sont validées et font l’objet de recommandations : la prévention de la dysfonction circulatoire post-paracentèse, l’infection spontanée du liquide d’ascite (ISLA) et le syndrome hépatorénal de type 1. D’autres indications potentielles sont en cours d’évaluation. Pour autant, les mécanismes d’action de l’albumine sont encore très incomplètement élucidés. Pendant longtemps, son utilisation s’est fondée sur ses propriétés oncotiques et sa capacité de remplissage vasculaire. Ce n’est que récemment que d’autres effets hémodynamiques de l’albumine ont été mis en évidence. Chez le patient cirrhotique, d’une part, elle améliore la dysfonction endothéliale, réduit la vasodilatation périphérique et augmente la réactivité aux vasoconstricteurs, et d’autre part, elle augmente la contractilité cardiaque. Ces « nouveaux » effets sont médiés par différentes propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires, immunomodulatrices, de transport, et de détoxification. En particulier, l’albumine semble jouer un rôle important dans la régulation des effets du monoxyde d’azote sur l’endothélium vasculaire. Chez le patient cirrhotique, à la réduction de la quantité d’albumine (hypoalbuminémie) s’associent des altérations qualitatives de la molécule. Alors que 70 % de l’albumine circule sous forme non oxydée chez le sujet sain, au cours de la cirrhose les formes oxydées deviennent prédominantes. Ces données récentes ont conduit à proposer un nouveau concept de « concentration d’albumine efficace ». Dans ce cadre, il est intéressant de noter que la qualité des préparations commerciales d’albumine, appréciée sur le pourcentage de formes oxydées, est très variable, sans que l’on sache encore dans quelle mesure cela affecte leurs effets thérapeutiques.