John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Transplantation hépatique chez le patient cirrhotique en défaillance multiviscérale Volume 26, numéro 10, Décembre 2019

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Hôpital de Hautepierre, Service de réanimation médicale, 67000 Strasbourg
2 Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Hôpital de Hautepierre, Service de chirurgie hépatobiliaire et transplantation, 67000 Strasbourg
* Correspondance
  • Mots-clés : cirrhose, réanimation, défaillance multiviscérale
  • DOI : 10.1684/hpg.2019.1883
  • Page(s) : 1023-31
  • Année de parution : 2019

La transplantation hépatique (TH) chez les patients cirrhotiques en défaillance multiviscérale est un sujet débattu d’actualité. Certaines études mettent en évidence un bénéfice individuel de cette procédure chez ces malades graves. Dans un contexte de pénurie d’organes, l’absence de limite quant à la gravité des patients cirrhotiques qui accèdent à la TH pose question. Cette incertitude explique pour partie l’hétérogénéité de prise en charge de ces patients selon les centres de greffe et selon les pays. La nomenclature d’Acute-on-Chronic Liver Failure (ACLF) qui s’est répandue depuis 2013 est l’occasion de reformuler les interrogations qui entourent la TH chez les patients cirrhotiques en état critique. Cette mini-revue met en avant une proposition d’algorithme pour guider les cliniciens qui s’interrogent sur l’opportunité de la TH chez ces patients. L’algorithme repose sur les facteurs pronostiques identifiés dans une littérature qui reste parcellaire et qui est loin de pouvoir aboutir à des recommandations. La TH chez les patients cirrhotiques graves se discute donc au cas par cas et soulève à chaque fois un dilemme éthique mettant en balance l’intérêt individuel avec l’utilité envisagée du point de vue collectif.