JLE

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitements systémiques de première ligne des cancers avancés des voies biliaires Volume 30, numéro 10, Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 CHU Clermont-Ferrand, Service de chirurgie et oncologie digestive, F-63000 Clermont-Ferrand
2 Université de Montpellier, CHU de Montpellier, Institut de cancérologie de Montpellier (ICM), Département d’oncologie médicale, Montpellier
3 Université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ), Institut Curie, Département d’oncologie médicale, Saint-Cloud4 CHU Bordeaux, Hôpital Haut-Lévêque, Unité d’oncologie digestive, Bordeaux5 CHU Pontchaillou, Service des maladies de l’appareil digestif, Rennes
* Correspondance : M. Jary

En 2010, l’association cisplatine + gemcitabine (CISGEM) a montré sa supériorité sur la gemcitabine seule en première ligne de traitement des cancers des voies biliaires (CVB) dans l’essai ABC-02. Pendant plus de 10 ans, aucune étude n’a ­ensuite montré l’intérêt d’intensifier la chimiothérapie ou d’associer une ­thérapie ciblée au CISGEM. Récemment, une étape a été enfin franchie avec la démonstration du bénéfice apporté par l’ajout d’une immunothérapie au CISGEM, tout d’abord le durvalumab dans l’étude TOPAZ-1 (devenu le nouveau standard) puis le pembrolizumab dans l’essai KEYNOTE-966. Les CVB comportent de fréquentes altérations moléculaires dont le ciblage thérapeutique a d’ores et déjà été démontré comme efficace en deuxième ligne ou plus et pourrait s’avérer également intéressant dès la première ligne à l’avenir.