John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement de l’incontinence anale sévère par sphincter artificiel : II. Modalités de suivi, résultats, indications Volume 7, numéro 3, Mai - Juin 2000

Auteurs

Des solutions thérapeutiques efficaces et fiables sont recherchées dans l’incontinence anale sévère. Il est maintenant établi que l’implantation de sphincters artificiels en situation péri-anale peut corriger ce handicap. L’Acticon™ Neosphincter (Laboratoires American Medical Systems, USA) est actuellement le matériel de référence dans le traitement prothétique de l’incontinence anale sévère, lorsque cette option est retenue. Son implantation est parfaitement standardisée. Le succès de l’implantation dépend très largement des précautions qui sont prises lors de l’intervention et pendant la période péri-opératoire, tant sur le plan technique pour assurer un fonctionnement optimal du matériel, que dans la prévention du risque infectieux. Le patient est également partie prenante dans la qualité du résultat : il doit être apte physiquement et psychiquement à utiliser l’implant, motivé et parfaitement instruit de son fonctionnement. Les modalités de suivi comportent essentiellement : une évaluation clinique vérifiant la bonne intégration tissulaire du matériel implanté, la radiographie sans préparation du bassin qui met à profit le caractère radio-opaque du liquide de pressurisation, la manométrie ano-rectale qui informe sur les capacités d’occlusion et d’ouverture de l’implant. Les résultats actuellement publiés font état d’un taux de succès d’environ 60 % à 80 % selon les indications et les centres implanteurs. Les explantations du matériel sont liées à la survenue d’une infection ou de pannes mécaniques. La réimplantation d’une nouvelle prothèse est possible après explantation. La restoration d’une fonction ano-rectale satisfaisante, assurant une continence fécale sans créer de difficultés importantes d’exonération, améliore significativement la qualité de vie de ces patients.