John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement de la maladie de Crohn : riposte graduée ou traitement maximal d'emblée ? Volume 8, numéro 2, Mars - Avril 2001

Auteur
Service d'hépato-gastroentérologie et de nutrition, hôpital Rothschild, 33, boulevard de Picpus, 75571 Paris Cedex 12.

En l'état actuel des connaissances et du traitement, la maladie de Crohn est considérée comme une maladie de toute la vie, dont l'évolutivité régresse peu ou pas avec le temps [1, 2], et dont on ne peut jamais se déclarer guéri. Un tiers environ des patients sont symptomatiques chaque année [1]. Il est classique néanmoins d'opposer des formes plutôt bénignes (poussées franches très espacées ou symptômes minimes intermittents et/ou non invalidants) et des formes sévères (maladie chronique active invalidante - générale, intestinale, ano-périnéale - ou poussées rapprochées avec parfois résections intestinales itératives). Il n'est pas possible de prédire l'évolutivité de la maladie d'après l'étendue lésionnelle et la sévérité clinique de la première poussée [3], et il faut souvent attendre 2 à 3 ans avant de se faire une idée sur la sévérité intrinsèque de la maladie de chaque patient.