John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Syndrome de l’intestin irritable – Aspects évolutifs : histoire naturelle, formes cliniques, qualité de vie Volume 21, supplément 2, Septembre 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteur
CHU de Nantes,
Institut des Maladies de l’Appareil Digestif,
CIC-04 et INSERM U913,
CHU Hôtel Dieu,
Place A Ricordeau,
44093 Nantes Cedex,
France
* Tirés à part

L’expression clinique hétérogène et variable du syndrome de l’intestin irritable (SII) rend son histoire naturelle difficile à préciser. De grandes tendances peuvent être identifiées. D’une part, chez bon nombre de patients, les symptômes tendent à évoluer par poussées de durée brève, quelques jours, entrecoupées de période de moindre intensité symptomatique. Sur le moyen-long terme, la maladie reste présente chez la plupart des patients ; on peut considérer qu’au bout de 7 ans deux tiers des patients ont encore des manifestations proches ou du même type. Cependant leur expression varie chez un même patient, et on note de fréquents passages entre le SII et un syndrome dyspeptique. Globalement, à long terme, les symptômes des patients ayant un SII tendent à devenir moins sévères. La délivrance d’informations de réassurance et de conseils hygiéno-diététiques crée une « interaction médecin-patient positive » qui s’accompagne plus fréquemment d’une évolution « spontanée » favorable. La qualité de vie est altérée au cours du SII, mais son score évolue parallèlement à la variation des symptômes. Dans le SII, l’appréciation de la qualité de vie doit particulièrement considérer les dimensions sociales et émotionnelles associées à la maladie. Quatre aspects de la vie des patients SII sont surtout concernés : les grandes fonctions (travail, sommeil, activité physique), la dimension relationnelle, l’image de soi et le bien-être psychologique.