John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Quelle est la place du gastroentérologue dans la prise en charge des séquelles digestives des patients ayant un Spina Bifida ? Volume 23, numéro 10, Décembre 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 CHRU Pontchaillou,
service des maladies de l’appareil digestif,
Université de Rennes 1,
2 rue Henri le Guillou,
35033 Rennes cedex,
France
2 CHRU Pontchaillou,
service d’explorations fonctionnelles digestives,
Université de Rennes 1,
Rennes,
France
3 INSERM U1235,
Université de Nantes,
Nantes,
France
4 CIC 1414,
INPHY,
Université de Rennes 1,
Rennes,
France
5 CHRU Pontchaillou,
service d’urologie,
Rennes,
France
6 CHRU Pontchaillou,
centre référence national maladies rares Spina Bifida,
Rennes,
France
7 CHRU Pontchaillou,
service de médecine physique et rééducation,
Rennes,
France
* Tirés à part

Le Spina Bifida est une maladie congénitale rare due à une anomalie de fermeture du tube neural. Elle génère un plurihandicap et sa prise en charge doit être pluridisciplinaire. Les troubles digestifs anorectaux rapportés le plus souvent sont la constipation et l’incontinence fécale et constituent la deuxième plainte en terme de fréquence, après les troubles urologiques. La prise en charge des séquelles digestives des patients ayant un Spina Bifida n’est pas codifiée. Le niveau lésionnel n’est pas corrélé aux plaintes digestives, ce qui nécessite une évaluation initiale précise et globale. L’évaluation du terrain et de l’importance du handicap, le recueil des plaintes, un examen clinique notamment neuropérinéal guident la prise en charge thérapeutique initiale. En cas d’échec du traitement de première ligne, la manométrie anorectale et le temps de transit colique peuvent être utiles. Le traitement repose sur les massages abdominaux, les laxatifs oraux et/ou locaux, les manoeuvres défécatoires, la rééducation et les irrigations coliques rétrogrades/antérogrades.