John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Quel est l’apport de la séquence de diffusion en IRM au cours des maladies inflammatoires chroniques intestinales ? Volume 23, numéro 9, Novembre 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital universitaire de Nancy,
service d’hépato-gastroentérologie,
1, Allée de Morvan, 54511 Vandoeuvre-lès-Nancy,
France
2 Hôpital universitaire de Nancy,
service de radiologie, 1, Allée de Morvan,
54511 Vandoeuvre-lès-Nancy, France
* Tirés à part

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) de diffusion s’est développée récemment dans les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI). C’est une séquence capable de différencier les tissus en fonction de la facilité des molécules d’eau extracellulaire à diffuser dans les milieux biologiques. L’interprétation de cette séquence est double avec une analyse qualitative par l’étude de l’hypersignal de diffusion et quantitative par le calcul du coefficient de diffusion apparent. Cependant, les mesures de ce coefficient n’ont aucune valeur au cours des MICI pour caractériser les lésions en hypersignal de diffusion en raison de l’absence de standardisation de la technique, de l’absence de valeur universelle pour une paroi grêlique ou colique normale et des écarts types très importants.

Pour la maladie de Crohn, l’entéro-IRM reste l’examen de référence pour cartographier les lésions, chercher une atteinte extraluminale et détecter la récidive postopératoire. L’apport de la séquence de diffusion est de détecter plus précisément l’inflammation de la muqueuse et les fistules ano-périnéales. Sa place reste à déterminer pour le diagnostic d’abcès, de fistules entériques et de fibrose. Elle peut être utilisée comme une alternative à la séquence avec injection de gadolinium chez les patients ayant une insuffisance rénale chronique.

Pour la rectocolite hémorragique, l’endoscopie reste la référence pour définir l’activité et la sévérité de la maladie. La colo-IRM sans préparation rectale ou orale et sans jeûne constitue une alternative. La séquence de diffusion est sensible pour évaluer l’inflammation et les modifications de la muqueuse colique en utilisant le score de Nancy.

L’IRM de diffusion est une technique prometteuse pour laquelle des scores IRM sont en cours de développement pour mieux évaluer l’inflammation et quantifier l’activité des MICI de façon reproductible. Des études complémentaires sont encore nécessaires pour prédire et évaluer la réponse aux traitements. L’IRM de diffusion permettrait de monitorer et d’optimiser les traitements afin d’obtenir la cicatrisation muqueuse.