John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Quantification de la fonction hépatique : pourquoi et comment ? Volume 5, numéro 6, Novembre - Décembre 1998

Auteur
  • Page(s) : 423-31
  • Année de parution : 1998

Les tests hépatiques fondés sur le concept de clairance sont peu utilisés en pratique. Cependant, ils ont, en théorie, l'avantage sur les scores clinico-biologiques de fournir une information plus objective et explicative. Sont-ils injustement méconnus ? Compte tenu de leur (relative) complexité, ils ne peuvent être jugés utiles que s'ils apportent une information complémentaire à celle des tests usuels. La clairance du vert d'indocyanine est très probablement utile en cas d'exérèse chirurgicale majeure, et permet d'évaluer le débit sanguin hépatique en recherche clinique ; la clairance intrinsèque du vert d'indocyanine, qui est un test invasif, n'est utile qu'en recherche clinique (mesure de l'activité métabolique du foie). La capacité d'élimination du galactose peut jouer un rôle pour l'évaluation pronostique en cas d'hépatite fulminante ; la clairance de l'antipyrine pourrait être un critère d'évaluation de l'évolution des hépatites virales chroniques, principalement lors d'essais thérapeutiques. Le test respiratoire à l'aminopyrine marquée et le test MEGX (dosage d'un métabolite de la lidocaïne) sont probablement utiles à l'évaluation pronostique dans certains cas de cirrhose, mais le premier n'est pas disponible en France et le second limité par la nécessité d'injecter un anti-arythmique. La clairance de la caféine pourrait les remplacer, mais la valeur pronostique de ce test n'est pas vali-dée ; enfin, le test MEGX peut être utile au décours d'une transplantation ou en cas de contre-indication à la biopsie du foie. En conclusion, ces tests sont nécessaires en recherche, utiles dans certaines circonstances cliniques, et non (encore ?) validés en tant que tests pronostiques de routine.