John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prurit anal : conduite à tenir à propos d’un cas clinique Volume 21, numéro 8, Octobre 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9

Tableaux

Auteur
Institut Mutualiste Montsouris,
42 Bd. Jourdan
75014 Paris,
France ;
Cabinet medical
10 rue Jean Richepin
75116 Paris,
France ;
Université Paris V,
France

Présent lors de 25 % des consultations de proctologie, le prurit anal peut être isolé. Sa première cause est le prurit essentiel. Cette affection, de mécanisme incomplètement élucidé, est une maladie bénigne mais sa chronicité habituelle et la localisation anale de la démangeaison dégrade la qualité de vie. Il y a peu de données scientifiques mais le contact avec les matières fécales paraît être le mécanisme déclencheur prédominant. Le traitement de référence en première ligne est l’application locale d’un corticoïde de classe forte. Ce traitement ne résume pas la prise en charge ; il faut chercher des facteurs d’entretien notamment des troubles de la continence fécale. À la moindre hésitation, soit par manque d’expertise, soit du fait de difficultés diagnostiques induites par le grattage lui-même, il faut revoir le patient après traitement pour détecter des lésions sous-jacentes et faire une biopsie cutanée au moindre doute.