John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Propriétés anticancéreuses de la curcumine dans le cancer colorectal – État des lieux et perspectives Volume 23, numéro 4, Avril 2016

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Avicenne,
laboratoire de pharmacologie,
125 route de Stalingrad,
93009 Bobigny,
France
2 Hôpital Avicenne,
service de gastro-entérologie,
125 route de Stalingrad,
93009 Bobigny,
France
* Tirés à part

La curcumine est le principal constituant de l’épice indienne curcuma (safran indien), issue de son rhizome. La curcumine est consommée quasi quotidiennement comme aliment en Inde. Elle est aussi utilisée comme médicament en médecine ayurvédique (médecine traditionnelle originaire de l’Inde) depuis des siècles. Ce polyphénol a des effets pléïotropes, interférant avec de nombreuses molécules de signalisation : molécules pro-inflammatoires, facteurs de transcription, enzymes, protéine kinases, protéines de transport, protéines impliquées dans la survie cellulaire, molécules d’adhésion, facteurs de croissance, récepteurs, protéines régulatrices du cycle cellulaire, chimiokines, ADN, ARN… La biodisponibilité orale de la curcumine est faible, ce qui fait tout l’intérêt des formes galéniques orales traditionnelles dans les maladies du tube digestif. La curcumine possède des propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes, antiprolifératives, pro-apoptotiques, ce qui en fait un excellent candidat comme agent de chimioprévention dans le cancer colorectal. Le grand nombre de travaux impliquant la curcumine in vitro, sur lignées cellulaires et à un degré moindre sur modèles animaux contraste avec le faible nombre de travaux cliniques en cancérologie digestive. Plusieurs études cliniques sont en cours dans ce domaine. La curcumine ne possède pour l’instant aucune indication thérapeutique reconnue.