John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prise en charge des hépatites virales A, B, C, D et E chez les patients dialysés Volume 25, numéro 4, Avril 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
Auteurs
Université Paris Descartes, AP-HP, hôpital Cochin, Unité d’hépatologie, Inserm U 1016, 75014 Paris, France
* Tirés à part

Les infections par les virus des hépatites ont des caractéristiques spécifiques chez les patients dialysés. Certaines sont plus fréquentes que dans la population générale et peuvent avoir une évolution dépendante du stade de sévérité de l’insuffisance rénale. Les indications thérapeutiques et traitements disponibles sont modifiés par la situation néphrologique et l’existence d’un projet de greffe rénale. La prise en charge a beaucoup évolué au cours de ces 20 dernières années avec l’amélioration des mesures préventives (dépistage des dons du sang, vaccination précoce, respect des règles d’hygiène universelle), la mise à disposition des analogues nucléosidiques ou nucléotidiques pour les patients avec une hépatite B chronique, l’identification de l’hépatite E chronique chez les patients immunodéprimés et la mise à disposition depuis 2014 des agents anti-viraux directs permettant d’obtenir une guérison virologique de plus de 95 % des hépatites C. Grâce à ces différentes mesures, il est possible de traiter de façon efficace les hépatites B, C et E et de prévenir les hépatites A, B et D, diminuant le risque d’évolution vers la cirrhose. Comme pour la population non dialysée, les besoins non satisfaits sont de développer des traitements plus efficaces de l’hépatite D et des traitements de durée définie contre l’hépatite B compatibles avec l’insuffisance rénale terminale.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International