John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prise en charge des adénocarcinomes du rectum avec métastases hépatiques synchrones Volume 18, numéro 2, Mars-Avril 2011

Auteurs
CHU de Poitiers, service d’hépato-gastro-entérologie, 2, rue de la Milétrie, 86000 Poitiers Cedex, France, Université de Poitiers, laboratoire inflammation tissus épithéliaux et cytokines, EA 4331, avenue du Recteur-Pineau, 86022 Poitiers Cedex, France, CHU de Poitiers, service d’oncologie médicale, 2, rue de la Milétrie, 86000 Poitiers Cedex, France, CHU de Poitiers, service de chirurgie digestive, 2, rue de la Milétrie, 86000 Poitiers Cedex, France

Lors du diagnostic d’adénocarcinome du rectum, environ 20 % des patients ont des métastases hépatiques synchrones. La prise en charge thérapeutique est controversée et dépend principalement de la résécabilité des métastases, de la présence de symptômes pelviens, du terrain du patient et du pronostic. L’objectif du traitement est à la fois d’allonger la survie et d’assurer une qualité de vie correcte aux patients. Pour les tumeurs localement avancées avec métastases hépatiques synchrones résécables, une radiochimiothérapie préopératoire de type 5FU plus oxaliplatine est le traitement de choix. Une résection en un temps est possible en l’absence d’hépatectomie complexe. Une chimiothérapie adjuvante par 5FU plus oxaliplatine sera réalisée. Aucune étude prospective randomisée ne permet de guider les choix thérapeutiques en cas de métastases hépatiques synchrones non résécables d’un cancer du rectum. En cas de bon pronostic, il faut toujours envisager une résection de la tumeur rectale pour mettre le patient à l’abri d’une évolutivité pelvienne invalidante. Chez les patients ayant une tumeur rectale asymptomatique, la chimiothérapie première permet d’évaluer rapidement la chimiosensibilité et ainsi le pronostic. Chez les patients symptomatiques, la radio-chimiothérapie première permet une action sur la maladie locale et métastatique. Des essais de stratégie sont indispensables pour clarifier la prise en charge thérapeutique des patients avec un adénocarcinome du rectum métastatique.