John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prise en charge de la neutropénie fébrile en cancérologie Volume 26, supplément 1, Octobre 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 CHU Rennes, Hôpital Pontchaillou, Service des maladies infectieuses et réanimation médicale, 2 rue Henri Le Guilloux, 35033 Rennes cedex
2 CHU Rennes, Hôpital Pontchaillou, CIC-Inserm 1414, Equipe interaction hôte-pathogène, Rennes
3 Université de Rennes, Inserm, Bacterial Regulatory RNAs and Medicine, UMR 1230, F-35000 Rennes
* Correspondance

Bien que moins fréquente et moins grave qu’en hématologie, la neutropénie fébrile (NF) reste l’un des effets secondaires les plus sévères des chimiothérapies pour cancer solide. Sa prise en charge doit être stéréotypée : i) identification précoce des signes de gravité ; ii) recherche d’un foyer infectieux clinique et prélèvement systématique d’hémocultures ; iii) administration dans l’heure qui suit le début de la prise en charge de la première dose d’antibiothérapie probabiliste ; iv) évaluation de la possibilité d’une prise en charge en ambulatoire grâce à l’aide de scores dorénavant bien validés. En ambulatoire, il est recommandé d’associer une fluoroquinolone à l’amoxicilline-acide clavulanique comme traitement probabiliste. Les traitements antibiotiques en hospitalisation dépendent de la situation clinique. Qu’ils soient hospitalisés ou traités en ambulatoire, l’état clinique des patients doit faire l’objet de réévaluation régulière afin de pouvoir adapter au plus vite le traitement antibiotique qu’ils reçoivent. Grâce à cette démarche stéréotypée, les patients se verront offrir une prise en charge en cas de NF, parfaitement sécurisée et la moins contraignante possible, le recours à l’hospitalisation n’étant pas systématique.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International