John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place de la vidéocapsule endoscopique dans le bilan étiologique des hémorragies digestives Volume 21, numéro 6, Juin 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
CHU de Rouen,
hôpital Charles Nicolle,
département d’hépato-gastroenterologie,
unité d’endoscopie digestive,
76031 Rouen Cedex,
France ;
INSERM U-1073,
Rouen,
France
* Tirés à part

Depuis son introduction en 2001, la vidéocapsule endoscopique (VCE) s’est positionnée en première ligne dans les hémorragies digestives inexpliquées après les endoscopies classiques hautes et basses appelées hémorragies digestives obscures (HDO). Les HDO ne représentent que 5 % des hémorragies digestives mais sont souvent à l’origine de dépenses médicales importantes du fait des difficultés de la prise en charge diagnostique et thérapeutique posées par ces malades. Étant donné son bon rendement diagnostique dans les HDO, évalué à 60 %, la VCE a remplacé en première intention les techniques radiologiques traditionnelles telles que le transit du grêle et l’angioscanner. Les techniques invasives d’exploration du grêle ont également d’excellents taux de détection des lésions hémorragiques et permettent un traitement hémostatique dans le même temps. Ces procédures sont cependant lourdes, difficiles d’accès et nécessitent une anesthésie générale prolongée. L’intérêt de la VCE est donc de sélectionner les patients pour lesquels un traitement est indispensable et de les orienter vers la technique la plus adaptée. La VCE permet aussi de diagnostiquer des lésions œso-gastro-duodénales et coliques méconnues par les endoscopies classiques. Pour améliorer sa rentabilité diagnostique, la VCE doit être faite rapidement après l’hémorragie digestive. D’autre part, un saignement extériorisé, un âge supérieur à 60 ans, le sexe masculin, sont des facteurs prédictifs de rentabilité diagnostique de la VCE. Enfin, des données récentes montrent que la VCE faite en urgence chez un malade présentant une HDO en choc hémodynamique permet d’identifier la lésion ou de localiser l’hémorragie dans 90 % des cas, et d’orienter le patient vers la stratégie thérapeutique la plus adaptée. Cette dernière indication, associée aux perspectives de développement technologique vers la capsule interventionnelle, sont autant de pistes de recherche assurant la persistance d’une place de choix de la VCE dans les HDO pour le futur.