JLE

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place de la radiofréquence en proctologie Volume 29, numéro 3, Mars 2022

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, Service de proctologie médicochirurgicale, 185, rue Raymond Losserand, 75014 Paris
* Correspondance : L. Valdiguié

La radiofréquence (RF) est une technique qui consiste en l’application d’un courant électromagnétique par une sonde spécifique sur les tissus. La seule indication validée en gastro-entérologie est le traitement de l’endobrachyoesophage. En proctologie, plusieurs indications sont en cours d’évaluation. Pour la maladie hémorroïdaire interne, la RF est une technique miniinvasive. Les études ont montré qu’elle permettrait une amélioration symptomatique dans plus de 60 % des cas avec un taux de satisfaction élevé et une morbidité faible. Pour les fistules anales, la RF est un traitement d’épargne sphinctérienne. Le taux d’échec ou de récidive serait cependant supérieur à 65 %. Pour les néoplasies intra-épithéliales de haut grade de l’anus, la RF semble prometteuse avec un taux de récidive faible et une bonne tolérance. Pour l’incontinence anale, les résultats de la RF sont mitigés avec une diminution des scores d’incontinence sans pour autant obtenir une efficacité clinique notable. De plus, l’effet du traitement ne perdure pas à long terme au point que certains ont suggéré de ne plus utiliser cette technique dans cette indication. Pour les rectites radiques chroniques hémorragiques, les résultats sont encourageants avec une diminution des saignements et des transfusions en une à deux séances. Bref, la RF en est à ses débuts dans le domaine de la proctologie et la littérature est encore pauvre mais ses premiers résultats se sont avérés intéressants dans certaines indications. D’autres études, notamment comparatives, seront nécessaires pour mieux en appréhender les résultats et en préciser la place dans l’arsenal thérapeutique.