John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place de la biopsie hépatique dans les tumeurs bénignes du foie Volume 22, numéro 8, Octobre 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5

Tableaux

Auteur
1 CHU Toulouse, Oncopole,
Institut Universitaire du Cancer Toulouse,
Département d’Anatomie Pathologique,
1 avenue Irène Joliot Curie,
31059 Toulouse, France
2 Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse,
INSERM, Unité Mixte de Recherche,
1037 – Université Toulouse III, France
* Tirés à part

L’augmentation des explorations hépatiques par imagerie engendre un diagnostic croissant de tumeurs bénignes hépatiques qu’il est important de bien identifier afin de proposer une prise en charge thérapeutique adéquate (exérèse, surveillance ou abstention). Du fait d’une meilleure connaissance physiopathologique, l’imagerie permet de classer correctement les différentes tumeurs bénignes hépatiques, réduisant la place de la biopsie hépatique à visée diagnostique. Ainsi, la biopsie est inutile pour établir le diagnostic de la majorité des hémangiomes, hyperplasie nodulaire focale et adénomes hépatocytaires. Elle est limitée aux formes atypiques, ne présentant pas les caractéristiques radiologiques suffisantes pour établir un diagnostic formel (hémangiome sclérosé, hyperplasie nodulaire focale atypique, nodules hépatocytaires sans caractéristique) mais aussi tout nodule suspect de malignité ou de nature indéterminée. Elle est indispensable pour porter le diagnostic de tumeurs non hépatocytaires comme l’angiomyolipome et les pseudo-tumeurs inflammatoires. Elle permet d’établir le diagnostic d’hyperplasie nodulaire focale et des différents sous-types moléculaires d’adénomes (adénome muté HNF1a, adénome inflammatoire, adénome muté β-caténine et adénome non classé) avec une grande fiabilité grâce à l’utilisation d’un panel restreint de marqueurs en immunohistochimie : glutamine synthétase (± β-caténine), CRP (± SAA) et LFABP. Pour tout adénome chez un homme, ou de taille > 5 cm chez la femme, la biopsie n’est pas réalisée car il existe une indication d’exérèse chirurgicale d’emblée compte tenu du risque élevé de transformation maligne. La biopsie d’un adénome stéatosique > 5 cm permet d’affirmer formellement le diagnostic d’adénome HNF1a muté et de proposer une surveillance. La place de la biopsie pour les adénomes < 5 cm chez la femme est moins consensuelle : c’est le seul moyen d’identifier les formes mutées β-caténine, à fort risque de transformation maligne mais avec une évolution lente autorisant pour certains auteurs une surveillance étroite et une exérèse en cas de progression.